Cours BBQ 101 en ligne

9.99$ au lieu de 34.99$ - Voir le cours

L’Angleterre, une destination BBQ?

L’Angleterre, une destination BBQ?

Maxime Lavoie |

Parmi nos destinations européennes, JP et moi, on est aussi arrêté en Angleterre dans le cadre de notre projet « BBQ autour du monde ».

Et, parce que ça vaut la peine que je vous en parle, je vous ai préparé un petit résumé de notre aventure. 😎

Pourquoi être allé en Angleterre?

Bien qu'on n'entende pas souvent parler de l’Angleterre quand on jase de BBQ, on s’entend que les États-Unis, qui est un pays réputé pour le barbecue, tient ses origines de là, donc ne serait-ce que pour ça, c’est un endroit important à visiter. (Surtout quand on est fan de steak, comme moi, ça vaut la peine d’y aller, parce que le Royaume-Uni est vraiment réputé pour le bœuf. 😏)

Comment ça? Parce que c’est de là que provient la race de bœuf Aberdeen Angus (elle trouve ses origines, plus précisément, à Aberdeenshire et Angus et Écosse, d’où son nom) et, on s’entend que du bœuf Angus, c’est bon en tabarouette. 😜

Aussi, je trouvais que, même juste pour l’histoire culinaire, ça valait la peine d’aller en Angleterre. Je veux dire, il y a des restaurants qui nous servent carrément des repas basés sur ceux que les rois mangeaient, et ça, c’est assez fou!

Sinon, pour finir, j’étais déjà allé en Angleterre lors de mon voyage de noces et j’avais visité quelques places qui allaient être super bien pour notre web-série de BBQ autour du monde, donc je savais que ça serait un bon spot où aller. Je voulais montrer aux gens des endroits différents que je connaissais qui valaient le détour.

Les restaurants, ça donne quoi?

L’Angleterre est un pays qui a à la fois une longue histoire, et qui est très multiculturel. Tout comme je le disais, il y a des restos qui modernisent même des recettes que les rois mangeaient, et, juste ça, je trouve ça impressionnant et super intéressant.

Il y a, par exemple, le restaurant Dinner, de Heston Blumenthal, où pas mal toutes les recettes sont comme celles qui étaient servies aux rois. Il y a même les dates à côté. Et, parce qu’il n’y avait pas de gaz à l’époque, le restaurant a gardé la méthode de cuisson traditionnelle, c’est-à-dire, la cuisson sur feu de bois. Oui, il y a un énorme four au bois fait sur mesure dans le restaurant qui a même été converti pour pouvoir griller aussi. C’est complètement fou à voir.

Blumenthal, c’est aussi un des plus grands chefs au monde. C’est pas mal lui qui a commercialisé la cuisine moléculaire. Dans son resto, c’est l’fun, parce qu’on retrouve un mix de repas d’époque et de cuisine moléculaire.

Côté multiculturalisme, il y a le restaurant Flesh and Buns qui se démarque aussi. C’est un restaurant qui mixe la cuisine d'Amérique latine et japonaise. Les plats ont alors tous les côtés exotiques de la nourriture cuite sur le feu de l’Amérique latine en plus de caractéristiques asiatiques. En fait, c’est même plus complexe que ça, parce qu’il y a aussi un gros fumoir américain dans le restaurant. Il y a donc, également, des repas américains sur le menu, comme des « briskets » et des « short ribs », mais le tout est présenté à l’anglaise, dans un pub. C’est vraiment un concept unique.

J’en profite aussi pour faire une petite parenthèse. Là-bas, j’ai pas mal juste vu une compagnie qui vendait des sauces et des épices et… il n’y avait aucune saveur qui provenait du Royaume-Uni. C’était toujours comme « Style Tokyo, Corée, Texas… », mais jamais « Angleterre ». Vu que l’Angleterre est une île, je crois qu’ils ont vraiment une alimentation qui est bâtie sur les produits qui viennent d’ailleurs. Ce qui explique aussi pourquoi le multiculturalisme est aussi présent.

Sinon, on ne pouvait pas s’empêcher non plus d’aller visiter des restaurants traditionnels américains de type BBQ. Oui, je voulais voir comment ça fonctionnait, un restaurant typique américain hors de l’Amérique. Et, ce dont je me suis rendu compte, c’est que, bien qu’on retrouve des repas classiques, comme des « short ribs », les Britanniques sont assez méticuleux. Effectivement, même s’ils étaient apprêtés à notre façon, j’ai quand même trouvé que leur façon de présenter les plats était mieux que celle des Américains. J’avais l’impression d’être au Texas, mais assis dans un pub britannique; c’était spécial, dans le bon sens du terme.

Les barbecues les plus populaires

Le nombre de magasins de grils est en croissance en Angleterre. Par contre, les Britanniques sont assez traditionnels, donc on retrouve pas mal la même chose dans chaque boutique. C’est pas comme au Québec où il y a énormément de marques de BBQ disponibles, là-bas il y en a que quelques-unes et les gens ne tiennent pas à se démarquer avec quelque chose de particulier. Si leur voisin à un BBQ x, c’est ça qu’ils veulent aussi.

Par exemple, les kamados, là-bas, ce sont tous des Big Green Egg, parce que c’est ça, le « kamado original ». De la façon que je le perçois, c’est comme si… les Anglais avaient accepté que le BBQ provenait des États-Unis, et que c’est pour ça qu’ils n’essaient pas de réinventer la roue. Ils travaillent avec des grils au charbon ou au gaz « standard » de marque Weber, Big Green Egg ou Napoléon.

Ce que j’ai remarqué aussi, c’est que les Anglais mangent à la maison, mais de la nourriture déjà prête. Dans leurs épiceries par exemple, les sections « Prêt à manger » sont énormes. Il y a des rangées et des rangées de nourriture déjà prête. L’offre est variée et les plats sont élaborés; ce n’est pas du « fast food », c’est genre du steak avec de la salade, du bœuf Wellington, etc. Le barbecue, c’est donc plus un appareil qu’ils vont utiliser pour réchauffer leur plat que pour cuisiner quelque chose en tant que tel. Il n’y a pas tant de gens qui en ont un chez eux non plus, alors je ne suis pas très surpris de remarquer que les cuisines extérieures sont encore plus rares là-bas que les BBQs eux-mêmes, peu importe la grandeur du terrain que les gens possède.

Ce que j’ai appris sur le BBQ là-bas

Personnellement, le côté cuisson/repas d’époque, j’aime beaucoup ça. Je suis même allé à la bibliothèque là-bas pour essayer de trouver des livres de recettes d’antan et j’ai acheté le livre d’Heston Blumenthal. Il va falloir que je prenne le temps de feuilleter ça, c’est super intéressant. Il faut que je fasse plus de recherches là-dessus…

Autrement, j’ai trouvé que l’aspect gibier très impressionnant. En Angleterre, la chasse est assez haut de gamme et bien vue.

Ce que j’ai transmis aux Anglais

Au cours de notre séjour, on a visité une ferme de cerfs et on a passé pas mal de temps avec les gens sur place. On leur a cuisiné des repas et ils ont vraiment trippé. Un steak cuit « in and out », par exemple, c’était malade pour eux. On leur a aussi laissé toutes les marinades sèches qu’on avait pour qu’ils les fassent découvrir aux gens. Et… on est contents aussi, parce qu’on a peut-être trouvé un éventuel distributeur là-bas également. 😉

Mon expérience, en bref

Au Québec, les gens veulent toujours aller en France, mais je trouve que, clairement, les gens devraient aller visiter le Royaume-Uni. Honnêtement, j’ai préféré mon expérience en Angleterre à celle en France; je trouvais que c’était « une coche au-dessus » de Paris à tous les niveaux : l’ambiance, les gens, la beauté du paysage, les choses à découvrir… Tout était « sur la coche ».

Par contre, j’ai pas découvert de « trucs de fou » à Londres (parce que c’est là qu’on est restés), mais je me dis que j’ai peut-être passé à côté de quelque chose, parce que l’Angleterre, c’est plus que « juste » Londres. J’espère vraiment y retourner dans pas longtemps.

Si vous avez la chance d’y aller, allez-y! 😉

Bon BBQ à tous!

Laissez un commentaire

Veuillez noter : les commentaires doivent être approuvés avant d’être publiés.